0

FABRICATION DE LA SNEAKER

On les porte, on les achète, on les collectionne, on les adore, elles ne quittent plus nos pieds, elles remplissent nos armoires, avec des pantalons, des jupes ou des robes, les sneakers donnent définitivement une allure contemporaine à nos silhouettes. Mais quels secrets se cachent derrière la fabrication d’une paire de sneakers ? Comme toute fabrication, il y a toujours en amont un long process de réflexion et un certain nombre d’étapes.

La première est celle de la recherche d’idées. Pour cela le styliste va créer un mood board. C’est une planche sur laquelle il va coller toute sorte d’image qu’elles soient de décoration, de couleur, d’ambiance, de forme, de lieux qui l’inspire. Cette planche de tendance va donner naissance à une idée d’un modèle. Le styliste va dessiner ce modèle et surtout sélectionner les cuirs dans lesquels il sera confectionné. Cette sélection des cuirs se fait dans des salons professionnels. Ce dessin « créatif » va être réinterprété en un dessin plus technique qui reprendra toutes les informations spécifiques du modèle, de la couleur des fils à celui des cuirs et de la semelle, les informations de cotations, le positionnement des coutures etc.

A partir de cette fiche technique et d’un moule a la forme d’un pied, un gabarit de base est créé. C’est une représentation de la « tridimensionnalité de la sneaker  » mais  à plat. Il sera ensuite « gradé » dans toutes les tailles. L’étape de la fabrication peut commencer. Le gabarit servira à découper tous les morceaux de cuir ou de tissus qui composent le modèle et qui seront ensuite cousus. Cette partie constituée est appelée la tige. Elle passera dans un four afin que le cuir se ramollisse puis sera enfilée dans un embauchoir à la taille adéquate pour prendre forme par rapport à la semelle, fabriquée en amont qui lui sera dédiée. On préparera alors l’étape de la vulcanisation. La semelle et la tige vont passer dans une deuxième four (150°). Ce passage va ramollir les matières qui permettra d’assembler les 2 parties. Une fois sorties du four, les 2 parties sont appliquées l’une à l’autre et envoyée dans une presse. La basket est née. 

Après validation de ce prototype et des prise de commandes, des productions en quantités seront lancées.

Leave a Comment

Your email address will not be published.